Du 22 au 29 septembre 2019, la première mission de suivi a été effectuée dans les régions du Folon, du Kabadougou et du Bafing.

La mission avait pour but de se rendre compte que les cibles avaient été atteintes et de vérifier l’attitude et la perception actuelles des populations sur la pratique des mutilations génitales féminines (MGF).

Cette phase s’inscrit dans un projet dénommé « projet d’appui à la mise en œuvre de la résolution A/RES/67/146 de l’ONU visant l’élimination des MGF en Côte d’Ivoire » financé par AmplifyChange et exécuté par la Fondation Djigui.

Dans le cadre de ce projet qu’ils ont été formés sur les mutilations Génitales Féminin en Janvier 2019. Eux, se sont les 30 leaders communautaires issus de Minignan, Touba et Odienné, dix de chaque localité. Le but de ce renforcement de capacité a été de leur donner les rudiments nécessaires afin d’intensifier les activités de sensibilisation aussi bien de proximité que de masse.

Ce sont plus d’un millier de personnes qui ont été directement touchées par ces actions dans ces localités.

Après trois mois de mise en exécution de la formation, un suivi et évaluation a été fait par la Fondation Djigui. Cette phase s’inscrit dans le plan de suivi et évaluation qui prévoit une mission dans ce sens une fois par trimestre sur la durée du projet.

Ces missions doivent permettre de mesurer et apprécier les résultats obtenus à mi-parcours et au terme du projet.

L’équipe de suivi a animé des entretiens de groupes qui ont rassemblé des hommes et femmes. Elle a eu des séances de travail avec les représentants des Organisations à base Communautaire. Elle a aussi visité des groupes de bénéficiaires des interventions.

Les visites dans la sous-préfecture de Sokoro, les chefs-lieux des régions du Folon, du Kabadougou et du Bafing.

Les différents partenaires du projet, en compagnie des représentants de la Fondation Djigui ( de la gauche vers la droite: Tou Abdoulaye, Dosso Mamadou de la Fondation Djigui; Gnéblé Labé de l’ONEF et Kouadio Yéboua de MESAD)