Les Violences Basées sur le Genre(VBG) continuent de faire parler d’elles malgré les actions entreprises aussi bien par les institutions nationales qu’internationales.

Tout comme elles, sa fille Violences Faites aux Femmes, avec sa sœur Mutilation Génitale Féminine (MGF) sont encore des pratiques qui portent atteintes à l’intégrité physique et psychologique de la femme, fille.

Quelles sont les raisons qui favorisent la persistance de ces  pratiques néfastes?

L’une des raisons qui concourent à la continuité de ces comportements est la méconnaissance des lois les réprimandant.

Aussi,   pour faire la propagande des nouvelles dispositions du code de procédure pénale relatives à la pratique des MGF, la Fondation Djigui a cru bon d’instruire les acteurs de médias pour une diffusion massive des textes juridiques.

Se sont 15 journalistes, de toutes les presses qui ont été formés d’une part sur les MGF et d’autre part sur les nouvelles dispositions du code de procédure pénale relatives à la pratique des MGF.

La première partie de l’atelier a été faite par Mamadou Dosso, coordonnateur du programme.De prime abord, il a fait une projection vidéo sur les MGF en s’attardant sur les définitions et les différentes formes. Ensuite,  il a présenté les conséquences de ces pratiques sur la santé physique, psychologique et morale de la femme ou la fille.

La conclusion du coordonnateur a été d’inviter les formés à s’approprier les acquis de la formation et à en faire une large diffusion afin  que le changement de comportement deviennent une réalité.

A sa suite, la juriste Brigitte N’CHO a porte à la connaissance des journalistes les anciens textes de lois et les nouvelles dispositions relatives aux MGF.

‘‘Est qualifiée de  mutilation génitale, l’atteinte à l’intégrité de l’organe génital de la femme, par ablation totale ou partielle, infibulation, insensibilisation ou par tout autre procédé. Et Quiconque commet une mutilation génitale est puni d’un emprisonnement d’un à cinq ans et d’une amende de 360.000 à 2.000.000 de francs. La peine est portée au double lorsque l’auteur appartient au corps médical ou paramédical’’ a t-elle fait savoir. Et d’ajouter que plusieurs lois nationales et internationales sont pour punir toutes les personnes qui pratiquent les MGF.

La juriste, une fois de plus a invité les journalistes à faire connaître les textes de lois de sorte que la population dénonce et que la loi soit effective.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la mise en oeuvre de la résolution A/ RES/ 67/146 de l’ONU visant à éliminer les MGF dans 03 régions de lé Côte d’Ivoire (Kabadougou, Folon, Bafing).

Il bénéficie de l’appui financier de AmplyChange.

C’est sur des notes de propositions de stratégies médiatiques pour une large diffusion des lois par les journalistes que l’atelier a fermé ses portes.