L’Union des Radios de Proximité de Côte d’Ivoire (URPCI) en collaboration avec L’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) a outillé les Organisations de la Société Civile (OSC) aux techniques de communication. La salle de formation de l’AIBEF a abrité ces rencontres qui se sont tenu du 19 au 21 Août 2014.

OSC-une-photo-de-famille-pour-immortaliser-cette-rencontreInscrit dans le projet de l’IPAO, ‘’femmes et médias partenaires pour une meilleure gouvernance en Afrique de l’Ouest’’, l’atelier initié sur trois jours par l’URPCI vise à améliorer la communication au sein des OSC. La formation s’est faite autour du thème ‘‘ formation des OSC aux techniques de communication et de plaidoyer orientée CCAP’’ Le président de l’URPCI, Karamoko Bamba s’est dit satisfait du travail de l’IPAO qui met l’accent sur la question du genre. Et pour lui, ‘’cette formation doit permettre aux OSC de mieux s’impliquer dans les prises de décision pour un changement de comportement’’.

Aussi, pour donner les rudiments nécessaires à ces organisations au cœur des écueils de la population, Mame-less Camara, formateur principal s’est attardé sur l’élaboration d’un plan de communication. Pour mener à bien ce plan, les OSC ont reçu des notions sur les différents outils pour communiquer avec les médias, passage obligé pour toucher l’opinion. Aussi, pour user judicieusement de ces outils, une meilleure connaissance du management des médias a été mis à la disposition des formés.

Camara n’a pas manqué d’éclairer la lanterne des participants sur ce qui est d’un plaidoyer, moyen important de la société civile afin de susciter la prise de décision des autorités.  Des notions sur le Concept de Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP) qui consiste à ‘’demander des comptes aux hommes de pouvoir de la gestion du patrimoine’’ comme l’a fait savoir Coulibaly MATA de l’IPAO a été mis en exergue.

Il faut signifier la présence de 20 ONG et associations venus d’Abidjan et de l’intérieur du pays. Et, comme l’a signifié Boussou Bintou de l’ONG Femme de Salem, ‘‘cette formation va nous permettre de palier au problème de communication pratiquement inexistant dans nos organisations’’.

Toutes ces formations ont été mises en atelier pour une meilleure compréhension des informations dispensées. Ces ateliers ont permis de relever les problèmes inhérents aux OSC du fait du manque de communicateur au sein de leur structure, mais aussi les facteurs qui inhibent le partenariat avec les médias.

Séance tenante, des tentatives de solution ont été proposées pour palier à ces difficultés. C’est avec une corde de plus à leur arc, que les représentants des OSC sauront être des atouts favorable pour la communication au sein de leur organisme après la clôture de cette session de formation.

Madame Baro née Koné Fatoumata, présidente de l’ONG FESADphoto(16)
‘‘La communication est importante pour nos structures’’
Cette formation est la bienvenue parce que nous attendions cette occasion. Elle nous a permis de comprendre que la communication est importante pour nos structures. Les différents points développés ont été nouveaux pour moi. Je compte fait une restitution aux membres de mon ONG pour qu’ensemble nous puissions améliorer la communication à notre sein. Au-delà même de notre organisme je compte faire bénéficier les autres structures dans le poro.
mame less camaraMame-less Camara, formateur principal, enseignant à Dakar
‘‘Il faut que les organisations s’emparent de ces armes miraculeuses que constituent les médias’’
S’il y a quelque chose à retenir aujourd’hui c’est que pour accéder à l’opinion et à l’oreille des autorités et pour faire en sorte que les programmes votés par les autorités aillent dans le même sens de l’intérêt des populations, cible des OSC, il faut que les organisations s’emparent de ces armes miraculeuses que constituent les médias. Et c’est de cette manière qu’elles pourront faire leur travaille. Les médias ne feront pas le travaille des OSC mais rendront possible et plus amples ce travaille. Je leur demande surtout de ne pas avoir peur des médias à cause des tarifications mais qu’il se centre sur la persuasion de ces médias.

 

 

Copy of samba konéSamba Koné, secrétaire générale du comité exécutif de l’IPAO Afrique de l’Ouest
‘‘Ce renforcement doit leur permettre d’améliorer leur relation avec les médias’’
Cette formation rentre dans le cadre d’un projet, ‘‘ femme et média’’ et nous avons pensé qu’il était bon de renforcer les capacités des membres de la société civile, notamment les organisations féminines. Ce renforcement doit leur permettre d’améliorer leur relation avec les médias. Nous espérons que dans la pratique nous verrons le fruit de cette formation dans les activités de ces OSC. Nous sommes en contact avec l’URPCI qui nous rendra compte de l’application ou pas des notions reçues pendants ces 3jours.